Pas de bras, pas de chocolat!

Posted on 24 avril 2012 par

2


Le précaire en a des ennemis, des empêcheurs de tourner en rond, et des casse pieds qui lui pourrissent la vie. Et dans le TOP 3 de la mort, qui on retrouve, confortablement installé sur ses biftons? Le banquier pardi! Témoignage de Sarah…

Lundi coup de fil de la banque, franchement je ne m’y attendais pas tellement, j’ai pas gagné au loto, et j’ai pas fait de folie qui justifierait un rendez vous. La gentille conseillère derrière le téléphone me dit qu’elle aimerait me rencontrer. C’est si important lui ai-je demandé ? Elle m’a très vite répondu que c’était important pour elle, qu’elle voulait faire le point.

le secret d'un rendez vous réussi avec son banquier

Soit, vérifications faites sur mon compte, ok, j’ai 23,00€ de découvert…admettons. Comme si j’avais le choix, on cale un rendez-vous.

Vendredi 11h00, je me rends donc à la banque et j’attends quelques minutes avant d’être reçue par un homme, petit, lunettes, lèvres pincées, rapide et visiblement gêné. Polie, je le salue, le suit dans son petit bureau avant de gentiment lui demander la raison pour laquelle la demoiselle qui a pris rendez-vous avec moi, ne me reçoit pas aujourd’hui. Il m’expliquera  alors qu’elle a eu un empêchement, et qu’il est ravi de s’occuper de mon dossier. Là, en ce moment même je commence à être un peu sur les nerfs, on me prie de venir me disant presque qu’il s’agit d’une question de vie ou de mort, et c’est un mec que je n’ai jamais vu, qui ne m’a jamais vu, qui va donc fouiller dans mon compte, pour finir par me dire que j’ai un découvert de 23€ !

Ok, je me calme, je l’écoute, il parle, vite, trop vite, à croire qu’il ne veut pas qu’on le comprenne… Je lui explique donc que ça fait trois ans que je suis dans sa « putain » de banque, que je n’ai jamais eu la même conseillère, et que je ne trouvais pas normal qu’on me balade de conseillers en conseillers, comme on se passe un ballon… Il comprend, mais il m’explique qu’il ne gère pas ce genre de dossier habituellement.

Il me tend sa carte, me précise que si j’ai besoin de quelque chose, il ne faut pas que j’hésite. Avant de mettre sa carte dans mon portefeuille, j’aperçois sous son nom : Conseiller financier…Hum, vaste programme, moi qui ai l’habitude d’être reçue par des conseillers commerciaux…

Pas dupe, je lui pose the question of the Day : qu’elle est la différence entre un conseiller financier et un conseiller commercial. Surpris, il pose un temps et se plonge dans un cours sur la banque, son fonctionnement, sa hiérarchie….Il kiffe ! C’est fou comme les gens aiment parler de leur boulot…Il m’expliquera que les conseillers financiers ont plus de « bouteille », d’expérience et surtout des portefeuilles plus grands…Traduction : il s’occupe des gros comptes avec plein de soussous dedans…

Pas dupe n°2 : je lui demande donc, si les gros portefeuilles gardent leur conseiller sur la durée. Là je touche, il bégaye, il commence ses phrases par c’est à dire, disons que…Pour finir par lâcher que oui, effectivement, ils ne se les passent pas sous le manteau, à l’inverse des chômeurs, smicards, étudiants, petites retraites…Pas le temps pour les pauvres. Avant de me raccompagner à la porte, encore surpris d’avoir lâché ses quelques informations,  il me lâche un : « Vous ne serez pas venue pour rien ! ». Heu ça c’est toi qui le dit mon pote, récapitulatif du rendez-vous qui aura duré 37 minutes :

  • Vérification de ma situation professionnelle : elles n’a pas changé, toujours aussi pauvre mon pote !
  • Vérification de mon numéro de téléphone : il n’a pas changé, ils s’en servent que pour prendre un rendez vous, soit 2 fois par an, quand c’est pour te prévenir de méchants agios, tu peux te brosser martine…
  • Proposition d’un crédit à Taux 0 : ça fait 4 fois que je le refuse, ils ont toujours pas compris, en même temps, j’ai jamais le même conseiller…
  • Rappel de mon découvert énooooooooooooooooorme : heu bah tu m’envoies des courriers qui me coûtent à MOI une fortune, peut être que si t’arrêtait, il augmenterait moins mon découvert…

Je ne sais pas si les banquiers méprisent les mauvais payeurs, les lents, les précaires, les pauvres, les SDF( si si j’ai vu une case « nomade » pour l’adresse…).Mais tout ce que je sais, c’est qu’il est très difficile, voir impossible d’établir une relation de confiance avec ton banquier quand t’as pas une thune…Pas de bras, pas de chocolats…


Posted in: Témoignages