TOP PRECAIRE 2012 / épisode 3

Posted on 3 avril 2012 par

8


Résumé des épisodes précédents : Patoche n’ayant pas réussi à refaire son dossier de demandeur d’emploi à temps, elle a été radiée du Pôle-Emploi. Et comme Top Précaire 2012, dans sa course effrénée à l’audience, se doit d’être cruel pour titiller la fibre sadique qui sommeille en chacun de nous,  une radiation est égale à une élimination. Patricia rentre donc chez elle, avec son mari qui vient de faire faillite et ses deux enfants. Ce qu’elle va devenir ? Bah, on s’en fout un peu après tout. Elle n’est pas comptabilisée dans les statistiques, elle ne nous intéresse plus. On entendra peut être reparler d’elle quand de désespoir, elle s’aspergera d’essence et craquera une allumette dans le hall de son Pôle-Emploi. Encore que, faudra bien qu’elle choisisse son jour, parce que si ça coïncide avec un jour ou DSK est allé aux putes, elle risque encore une fois de passer à la trappe. C’est injuste et cruel ? Ouais mais c’est la vie. C’est la loi de l’audimat

Quant à Morad et Stéphanie, ils sont ressortis certes amaigris et pâlichons mais vivants de leur rendez vous individuel personnalisé en groupe de 124. Ils sont ravis d’avoir appris que c’était pas la peine de faire des demandes de formation parce qu’il n’y avait plus de budget, et qu’une bonne lettre de motivation est avant tout une lettre sans fautes d’orthographe.

Maintenant, nos cinq survivants attendent en se rongeant les sangs de savoir quelle sera leur prochaine épreuve, dans…

TOP PRECAIRE 2012

Merveilleux F2, gracieusement prêté par la prod blindée, attablés devant une tasse de décaféiné soluble leader price sans sucre :

Morad : Je me demande bien ce que peut nous réserver la prochaine épreuve, je suis fébrile.

Stéphanie : Vous avez du sucre ?

Anatole : Non. On avait un budget bouffe de 24 euros à cinq pour le mois et ce con de Romain a acheté des LARDONS !

Romain : Mais, les mecs, je vous ai dit  que j’étais désolé ! Je voulais vous faire plaisir, vous faire des pâtes à la carbonara !

Morad : Super le cadeau. Les lardons. Merci bien hein.

Romain : Non mais je suis désolé, combien de fois faudra –t-il que je le di…

LA VOIX : ICI LA VOIX. LA VOIX VOUS INFORME QUE VOUS ALLEZ PASSER EN GUISE D’EPREUVE DU JOUR UN ENTRETIEN D’EMBAUCHE. SOUS VOTRE CHAISE, VOUS TROUVEREZ L’ANNONCE POUR LAQUELLE VOUS SEREZ REÇUS.

Tous en cœur, c’est merveilleux : Oh là là dis donc !

                Interlude Morad :

Un entretien d’embauche, dis donc, j’en ai pas passé depuis … oh je dirais au moins 4 ans. C’est pas faute de pas envoyer des CV et des lettres de motivation. J’en envoie plein. J’ai jamais bien compris ce qui clochait. Pourtant, j’ai toujours bien ciblé les entreprises, les postes, tout ça. Peut être que c’est mon CV qui va pas. Pourtant, j’ai mis ma plus belle photo. Juste à côté de mon nom et de mon prénom. On verra bien. Peut être que d’assister enfin à un entretien me permettra de comprendre ce qui cloche. Je suis prêt à me remettre en question de A à Z s’il faut.

Fin de l’interlude Morad

Stéphanie :  Vous avez quoi vous ? Moi j’ai un entretien pour être manutentionnaire en intérim dans une usine de textile. C’est un peu la merde, c’est une usine qui fait les trois huit, et pour un salaire équivalent à ce que je devrais reverser en frais de garde pour mes moutards. Mais en même temps, c’est tout ce qu’il y a, c’est la première réponse que j’obtiens en 7 mois !

Anatole : Ah, moi, c’est un poste de freelance… Faut que je fasse la charte graphique d’une marque de cosmétique ! Cool !

Romain : Eh eh, moi c’est un poste de responsable de la communication dans une grosse boite qui a pignon sur rue. Par contre, on ne précise rien sur la durée du contrat ni la rémunération…

Morad : SUPAYR, moi on me propose un poste d’informaticien en CDI pile poil comme je rêve et pile poil payé comme je veux ! C’est le plus beau jour de ma vie ! Tiens je vais faire la danse de la joie ! Tou tou tou, toutoutoulou, tou tou tou, toutou toulou

Stéphanie : Momo, calmos, c’est qu’un entretien, hein…

LA VOIX : ICI LA VOIX. MAINTENANT QUE VOUS AVEZ PRIS CONNAISSANCE DU POSTE POUR LEQUEL VOUS ALLEZ ÊTRE CONVOQUES EN ENTRETIEN, ATTENDEZ VOTRE TOUR. ROMAIN, PASSEZ DANS LE CONFESSIONNAL, C’EST A VOUS.

Interlude Romain :

Quand j’ai entendu que c’était à moi de passer en premier, j’étais un peu flippé. Mais quand faut y aller, faut y aller. Alors bon, j’ai pris mon courage à deux mains. Je suis rentré dans une pièce pleine de messieurs très sérieux en costume. Ils étaient trois à attendre droits comme des i que je vienne m’installer face à eux. Bonjour le stress.

Fin de l’interlude Romain.

Recruteur 1 : bonjour monsieur Romain. Prenez place je vous prie. Voilà. Bon, on va donc vous parler de notre entreprise et du poste, puis vous nous parlerez de vous, et enfin, on vous posera des questions.

Recruteur2 : Nous sommes donc une très très grosse boite qui a pignon sur rue. On fait de l’évènementiel. On est jeunes et cool. Enfin pas nous, nous on est les chefs, alors on a l’air d’avoir un manche à balais incrusté de pierreries dans le derrière. En réalité, on a le nez plein de coke, mais avec l’expérience, on arrive à le dissimuler. Bref. On a un budget com de plusieurs millions, on est pas des kikis. On cherche quelqu’un pour coordonner tout ça, pour gérer une équipe, conduire des projets, proposer des idées et nous ramener plein de flouze. On a besoin de quelqu’un de très expérimenté, d’autonome et d’opérationnel tout de suite. Il nous faut une grande disponibilité et un sens aigu des responsabilités. On ne veut pas d’un type qui a peur de faire des semaines de 70 heures et  des week ends travaillés. On bosse avec les plus grands, on ne  peut pas se permettre de perdre notre temps et notre argent. Il nous faut un mec solide. Vous pensez être ce mec là ?

Romain : Tout à fait, je suis très expérimenté et j’ai f…

Recruteur 3 : Je vois que vous avez fait pas moins de 4 stages. C’est pas un manque flagrant de sérieux ça ? Les stages, c’est pour les jeunes inconstants, non ?

Romain : Euh… non, pas du tout, j’ai fait tous ces stages dans le cadre de mes études pour acquérir une solide expé…

Recruteur 2 : D’ailleurs, en parlant de stage, jusqu’à quand pouvez vous être conventionné par votre école, là ?

Romain : Pardon ?… Je comprends pas trop ce que vient faire cette question pour un entretien pour un tel poste à responsabilités…

Recruteur 3 : Je vois sur votre CV que vous avez un BTS. Ça manque d’envergure ça un BTS. Vous êtes sur que vous avez de l’ambition ?

Romain : Pardon mais en plus de mon BTS, j’ai deux licences et un master. Le BTS je l’ai fait pour avoir une formation technique. Et d’ailleurs je suis sorti major de ma promo !

Recruteur 1 : N’empêche, un BTS, ça fait très provincial. Puis d’ailleurs, en parlant de province, je vois que vous n’avez pas fait vos études à Paris. C’est pas très sérieux ça. Comment voulez vous qu’on fasse confiance à quelqu’un qui n’a pas fait ses études à Paris ?

Romain : Euh… peut être pas à Paris, mais j’ai passé un an à Barcelone (ce qui fait que je parle très bien espagnol et que j’ai des notions de catalan) et j’ai fait l’un de mes stages aux Etats Unis. Je suis bilingue en anglais.

Recruteur 1 : Les states, genre… vous vous êtes pris pour un hipster ?

Recruteur 2 : A vous, vous avez des questions ? Mais vite, hein, on a pas que ça à faire, faut qu’on aille en brief.

Romain : Dans l’annonce, vous ne parlez pas du type de contrat ni de la rémunération. Pouvez vous m’en dire plus ?

Recruteur 3 : Ah oui, c’est vrai. Mais bon, en même temps, c’est évident. C’est pour faire un stage. Ca vous va si on vous fait signer plusieurs conventions de 4 semaines à la suite ? C’est qu’on est un peu ric rac depuis qu’on fait passer nos pauses dèj du Fouquet’s en notes de frais. Vous vous attendiez à quoi ? Un poste à responsabilités alors que vous n’avez pas trente ans… vous voulez pas non plus qu’on vous paye au SMIC, non ?

Recruteur 1 : Ces jeunes. Ça veut tout. Le beurre, l’argent du beurre et le cul de la crémière.

Romain : Plusieurs stages non rémunérés d’affillée donc…

Recruteur 3 : Oui, pour remplacer notre collègue Jean Gab, il s’est pété une jambe dans un accident de jet ski lors de ses dernières vacances aux Seychelles. Ah ah, sacré Jean Gab. Bon, on en sait assez. On vous tient au courant…

Romain vient de passer son entretien. Il tient la chance de sa vie. Un job de rêve non rémunéré ou il sera sans cesse dénigré. Va-t-il sauter sur l’occasion ?

Qu’en est-il des autres candidats ? Auront-ils une chance aussi insolente ?

Vous le saurez en lisant la suite de TOP PRECAIRE

Posted in: top précaire