Un souffle d’espoir

Posted on 28 février 2012 par

20


Dans ce contexte de crise économique mondiale, on regarde les États voisins et on a l’impression  que c’est le désastre un peu partout : Espagne, Italie, Irlande, Portugal, Grèce, États-Unis. Et parfois, tu découvres un « petit » pays qui s’en sort.

Le « petit » pays en question est l’Argentine.

Dimanche soir était diffusé un reportage sur France 5 expliquant la situation économique de l’Argentine.

En 2001, sa situation était proche de celle de la Grèce actuellement : grave crise économique, manifestations, flambée des prix, crises sociales profondes.

Le pays a alors eu un geste assez formidable : il a dit « fuck » au FMI qui imposait des conditions très dures. Je caricature volontairement la chose mais ça résume bien.

Donc, plutôt que d’écouter le Fond Monétaire International, le Ministre de l’Economie Argentin a préféré allier différentes mesures notamment un peu de protectionnisme, un peu de mesures sociales, un peu de responsabilisation. Au lieu de privilégier les banques, le Gouvernement a préféré préserver les emprunteurs des banques, à savoir les citoyens. En retardant les remboursements aux banques par les emprunteurs, le Gouvernement a relancé la consommation, donc les stocks, donc les emplois. En bref, il a cherché à créer un cercle vertueux, en plaçant en premier les citoyens et non les banques.

A côté de ces mesures, de petits boulots ont été créés, sous la houlette des municipalité, destinés notamment à favoriser l’écologie et le recyclage.

Une allocation universelle a été instaurée pour scolariser les enfants et les faire vacciner.

Enfin, des campagnes visant à une certaine responsabilisation, notamment des célébrités nationales, ont été mises en place. Ces dernières s’impliquent de manière effective dans certaines actions. Le reportage montrait notamment une célébrité qui participait à un défilé de mode, mettant en avant des couturières formées dans une école de « réinsertion » (la formulation est maladroite mais j’en ai pas d’autre à l’esprit). En participant à ce défilé, la célébrité a fait venir la presse et a donc permis de faire connaître ce type d’initiatives et les nouvelles couturières.

Seul talon d’Achille toujours présent : l’inflation. Les prix sur les  produits de base peuvent encore flamber. Les autorités essaient de limiter la casse en instaurant quelques mesures au niveau local.

Sur la plan commercial, afin d’équilibrer la balance, les entreprises faisant de l’importation notamment de produits français, doivent également faire de l’exportation de produits argentins.

Les classes pauvres et moyennes ont été les plus durement touchées par la crise économique. En 2001 le taux de chômage était de 21%. Aujourd’hui il est de 5%.

Seuls réfractaires aux mesures du duo Kirchner : les classes très aisées et c’est presque normal car ils ont été beaucoup mis à contribution. Mais elles n’ont pas pour autant disparu.

En bref, quand on voit ce genre de reportage, on se dit que si un pays gigantesque comme l’Argentine a réussi à redresser la barre, la France et même l’Europe devrait pouvoir y arriver.

Je ne dis pas de calquer toutes les mesures de l’Argentine car les paramètres de base sont différents mais je suis sûre que si on étudie attentivement certaines choses, on peut être capable de le faire. Surtout que chacun y a mis du sien, chaque classe a été mise à contribution.

Bien entendu, tous les problèmes ne sont pas réglés mais on se dit que cela rend optimiste.

Or pour le moment, en France, ce sont surtout les classes pauvres qui trinquent et les classes moyennes se paupérisent de plus en plus et c’est en regardant le problème du logement, notamment à Paris, qu’on s’en rend compte.

Mais ça, j’en parlerais une autre fois.

Posted in: opinions