Le tricot

Posted on 2 février 2012 par

10


Je sais pas pour vous, mais je trouve que les campagnes électorales pour les présidentielles, on a encore rien trouvé de mieux pour se fendre la poire. Par exemple, j’ai bien rigolé quand j’ai vu que François Hollande s’était fait enfariner la gueule. Bon, certes, après j’ai un peu râlé: non mais sans dec, gaspiller ainsi de la farine, avec la hausse constante du prix des denrées alimentaires de base? Non, mais vous imaginez, si on commence à gaspiller comme ça sur un candidat, s’il est élu, en fin de mandat, ce sera quoi… On apprendra qu’il fait rapatrier en Falcon ses enfants qui chient mou en Ukraine? Non mais je vous jure…

Mais je m’égare. La campagne pour les présidentielles, c’est souvent une part de franche rigolade, surtout pour les précaires, que les politiques actuelles ont un peu tendance à oublier.

Et bien le FN n’échappe pas à la règle. On peut même dire que le FN est le parti qui me fait le plus rigoler. Et en plus, contrairement à certains autres, il pense à nous, précaires à teucha.

Comment? C’est simple. Grâce au déremboursement de l’IVG de confort et d’une panoplie de mesures qui s’en suivent. Non c’est vrai quoi. Il fallait y penser. Regardez moi par exemple. Je dois me faire avorter disons… une bonne fois par semaine. Et au printemps, à cause des hormones, on peut monter jusqu’à trois. Pourquoi?

Je suis une fieffée cochonne. Je copule à tout va, je n’y peux rien, c’est ma nature. Et aller contre ma nature, c’est simple, je peux pas. Je pense que c’est lié au fait que je sois fauchée. Je peux pas me payer de vacances, alors je déprime, alors j’ai besoin qu’on me remonte le moral, et comme j’ai pas les moyens de me payer des chaussures, ben je nique. Et puis comme la pilule c’est cancérigène et que les capotes ça coûte un bras et qu’en plus j’ovule tous les quart d’heure, voilà. En plus, je veux pas dire, mais nous autres, femelles, on est de sacré veinardes. Messieurs, vous ne connaîtrez jamais la sensation de relaxation intense et de bonheur absolu que procure une bonne IVG “non thérapeutique”, une bonne IVG de confort. Non, vraiment, le bonheur de l’avortement justifie à lui seul l’interdiction totale de tous les moyens de contraception.

Non, je déconne. Au fond, je n’avorte jamais de gaieté de coeur. Bien au contraire. C’est carrément trop triste comme moment (et quand je suis triste, il faut bien que je me console, et comme j’ai pas les moyens d’aller chez Léonidas, je fais tac-tac, CERCLE VICIEUX).

En fait, je préférerai carrément ne pas avoir à procéder à l’IVG, mais la société en a décidé autrement. C’est une vraie chienne cette société, elle m’impose carrément des IVG grâce à une pernicieuse propagande instaurée par cette salope de Simone de Beauvoir et ses 342 copines. En vrai, si on avorte, la plupart du temps, c’est parce que par principe les femmes sont faibles et sensibles. Alors qu’il faut être honnête: les 143 avortement que j’ai pratiqué aux frais de la princesse, j’aurais préféré qu’ils aboutissent à autant de chérubins joufflus. L’avortement on me l’a imposé, parce que je suis précaire et que je vis dans un monde qui nie la vie, et qui refuse d’accompagner ceux qui veulent la donner. Je vous jure, c’est vrai! Quand j’argumente que je me pas assez mature, que j’ai besoin de pouvoir commencer à m’accomplir professionnellement avant de songer à fonder une famille, que j’aimerai construire un socle stable à ma vie avant d’enfanter, je mens. En réalité, chaque fois que je joue à la bête à deux dos, une connasse du planning familial m’attend au coin du lit pour interrompre ma grossesse par la peau du cul et contre mon gré. C’est pour me donner bonne conscience si je dis que je ne suis pas prête à élever un enfant parce que je suis pas fichue de me payer mes propres courses étant donné que je suis pas fichue d’avoir un job digne de ce nom. Purée, les avorteurs, niveau marketing, ils sont bien meilleurs que la Redoute

la solution à la crise et à la vague de froid

Au FN, ils ont vraiment une lecture fine et juste du monde. Une femme ne peut tout simplement pas ne pas avoir envie d’avoir des bébés, surtout si elles sont précaires. En déremboursant l’hérésie des interruptions de grossesse de confort, ils vont permettre d’enfin mettre à jour cette évidence. Et surtout, ils sont en passe de remettre sur le devant de la scène un métier injustement tombé en désuétude: les faiseurs d’anges. Va falloir qu’on leur trouve un code ROME. Je crois qu’on a pas trouvé de meilleur moyen de lutter contre la crise. Et oui! Ils savent que la femme est une idiote du genre tu lui ferme la porte, elle passe par la fenêtre. Tu lui dis que NON, ça suffit les caprices, ton IVG, si tu la veux, tu la payeras plein pot (c’est à dire entre 190€ si elle est médicamenteuse et 450€ si elle est chirurgicale), et ben elle ira se faire fourrer du persil et des aiguilles à tricoter dans le vagin par un obscur charlatan, et elle se videra de son sang avant de mourir et ça fera une retraite de moins à payer et des aides sociales en moins à verser. Si avec un peu de chance c’est une étrangère, alors là on aura gagné le pompon du pactole sur le gâteau.

C’est con que je sois pas maire, et que mes 143 enfants avortés non plus, sinon on t’aurait tous filé nos signatures, et ça aurait été ça de gagné pour tes belles idées…

Posted in: lol, opinions