Précaires, comptez vous!

Posted on 11 janvier 2012 par

4


Un nouveau parcours de vie, celui de La Segaline

J’ai découvert ce blog par hasard, c’est toujours comme ça que se font les meilleures rencontres, et je dois dire que tout ça me ravit et m’enchante au plus haut point. Ah, que la précarité soit ainsi mise à l’honneur n’est pas pour me déplaire. Bien sûr j’aimerais plutôt la voir disparaître mais je suis sur cette terre depuis trop longtemps pour garder encore quelque illusion sur le monde qui m’entoure (mais comme il reste un peu de naïveté en moi ça ne m’empêchera pas de voter socialiste, on ne se refait pas). Il faut dire que pour ce qui est de la précarité professionnelle (car j’ai signé un CDI familial) je me considère parfois comme une précaire titulaire : pensez-donc, depuis près de 20 ans que je travaille je suis toujours dans la précarité.

De petits boulots en boulots alimentaires je crois que je m’enfonce de jour en jour : surveillante d’externat après mes études (5 ans, mon contrat le plus long !), intérimaire dans l’agro-alimentaire et l’industrie (j’ai fait des trucs, je savais même pas que ça existait, comme quoi avec Bac+5 on connaît pas grand chose), professeur remplaçante (et aucune envie de passer le concours pour être titulaire), j’en passe. J’ai fini par me dire qu’on était jamais mieux servi que par soi-même et donc j’ai créé mon activité, voilà comment je suis devenue écrivain public, rédactrice, correctrice bref touche-à-tout linguistique. Mais il me semble avoir croisé sur le blog quelques indépendants qui savent donc qu’être freelance ça nourrit rarement son homme, ni sa femme. Et encore moins ses enfants.

Malgré tout, toutes ces expériences si elle ne nourrissent pas toujours suffisamment mon compte en banque ont le mérite d’enrichir mon vécu même si ça n’est pas toujours du meilleur effet auprès d’un recruteur, on est bien d’accord. Je ne me plains pas car j’ai la chance d’avoir un conjoint qui s’il n’a pas un gros salaire a au moins un CDI, lui. Mais si ça se trouve bientôt les enfants (pas les nôtres hein) lui jetteront des cailloux tellement ça va devenir rare. Car aujourd’hui on est en droit de s’interroger sur la valeur d’un CDI : que veut bien dire désormais ce « indéterminée » ? Contrat à Durée Indéterminée, ça ne veut plus dire « jusqu’à la retraite » mais plutôt que contrairement au CDD qui s’arrêtera à une date fixée, on ne sait pas quand le CDI va finir, malheureusement il est de plus en plus probable qu’il s’arrêtera prématurément.

J’ai donc bien peur que nous soyons tous devenus des précaires en puissance. J’espère qu’il y a de la place sur ce blog, on risque d’être de plus en plus nombreux…

(Note de la Taulière: De la place, il y en a. Pour tout le monde! Et les portes vous sont grandes ouvertes!)

Posted in: Témoignages