Des voeux

Posted on 4 janvier 2012 par

7


Parfois, le protocle et les traditions, ça ne fait pas de mal.

La preuve. Si je sur formellement contre l’idée des résolutions (je m’étais juré de faire gaffe ou je met les pieds en 2012: résultat, on est le 3 janvier, j’ai une entorse à la cheville), je trouve l’idée des voeux plutôt bonne.

les voeux d'Aude Picault

Alors voilà mon voeu pour 2012.

Je souhaite à Payetonprécaire de disparaître.

Mettons nous bien d’accord. Je souhaite que Payetonprécaire disparaisse, mais sous certaines conditions.

L’idée de PTP découle d’une nécessité absolue. J’avais besoin de hurler mon ras le bol, en usant de mon clavier. On s’est vite retrouvés comme une meute de loups affamés à hurler à la lune. Aujourd’hui, l’envie de hurler est toujours là. Pour moi, pour ceux qui contribuent à l’existence de PTP, pour ceux qui nous lisent, mais aussi pour les autres. En fait, je pense que mon envie de hurler cessera le jour ou on nous aura entendus. Pour le moment, j’entend surtout l’écho de nos propres voix. Mais je ne perds pas espoir. Je sais qu’un jour, à force de hurler comme on le fait, on finira bien par provoquer une avalanche. Et peut être que ceux qui tiennent les cordons de la bourse prendront conscience de qui on est, de quelle est notre situation, des combats que l’on mène pour affronter le quotidien, et de l’absurdité de tout ça. Peut être même qu’ils se pencheront sur nous et qu’ils chercheront à mieux nous connaître, nous comprendre. Et peut être qu’ils nous diront “OK. Vous n’êtes pas responsables de votre situation. Tout ça c’est notre faute. On va faire amende honorable, on va chercher avec vous des solutions. Et surtout, on va les trouver et les mettre en oeuvre.” C’est à ce moment là qu’on aura plus envie de hurler, et que PTP perdra toute raison d’exister.

2012 est une année d’échéance électorale. Bien évidemment, en tant que citoyens, on est en droit d’espérer. Malheureusement, je ne suis pas certaine que cela suffise. Il va falloir qu’on continue à être solides, à ne jamais courber l’échine et à se battre. Mais ça, au vu de l’échantillon à qui PTP laisse la parole, je pense qu’on en est capables.

Sinon, je vous souhaite également d’avoir le combo de la mort: la santé, l’amour, l’humour. Avec ça, il ne peut rien nous arriver…

 

(le site de d’Aude Picault est là: http://www.audepicault.com/)

Tagué:
Posted in: vie du blog