Bac +75 et au chômage

Posted on 17 novembre 2011 par

19


Tris Acatrinei a de la chance, Alice moins. Témoignage:


Cette histoire n’est pas la mienne , c’est celle d’une camarade d’internat, croisée par hasard un soir en sortant du boulot. C’est en entendant ce genre d’histoire qu’on s’accroche à son boulot comme la moule à son rocher.

Donc un soir, sortant du boulot à une heure qui ferait hurler les syndicalistes – mais je m’en tape, j’ai la chance non seulement d’avoir un job, mais en plus un job que j’aime , je croise une camarade d’internat. Papotage de vigueur et arrive le fatal : tu fais quoi en ce moment ?

Alice a toujours été bonne élève, un peu agaçante avec ses airs de madame je sais tout mais loin d’être idiote et curieuse de nature. Après un bac littéraire, elle était décidée à aller en biologie. Choix que nous avions moqué : avec un Bac L, difficile de survivre en section scientifique.

Et pourtant, elle l’a fait. Non, elle a fait pire, parce qu’elle est allée en médecine. Elle a finalement bifurqué vers le droit. Licence droit privé + Master 2 Propriété Industrielle spécialité pharmaceutique. Le genre de CV qui me fait rougir de honte, moi, avec mon malheureux Master 1 droit public général sans rien avec. Et pourtant après plusieurs mois de recherches, Alice n’a rien trouvé. Même pas un stage auquel elle n’a de toutes façons plus le droit puisqu’elle n’est pas scolarisée. Obligée de reprendre des études, cette fois-ci, en biologie. Elle en est à sa 2eme année.

En parallèle, elle enchaîne les entretiens, les envois de CV, les contacts, elle finit par décrocher un entretien aux Editions Lamy (éditeurs de livres de droit) pour un malheureux CDD, qu’elle n’est même pas sûre d’obtenir. Mais elle s’accroche, elle est pleine d’enthousiasme. Elle ne sait pas comme elle va gérer ses TP obligatoires et son CDD mais elle avisera. Ce salaire, elle en a besoin.

C’est un soir de novembre 2011 que mes convictions ont volé en éclats, moi qui avais toujours été martelé par le fameux : fais des études, tu auras un bon job. Fumisterie la plus totale : Alice est à Bac + 5 + 2 années de biologie, elle est trilingue (anglais- allemand – russe) et elle ne trouve pas de travail. Et il en existe encore de s’étonner que notre modèle scolaire vole en éclats. Comment motiver les enfants et les adolescents à être studieux à l’école puisque de toutes façons, à moins d’avoir ce putain de réseau, ils vont finir à l’enseigne du grand M ?

Car oui, le détail qui tue : Alice est l’une des rare de son Master 2 à n’avoir pas trouvé de job à la sortie pour des raisons de réseaux. On nous serine aujourd’hui qu’il faut se constituer un réseau. Mouais. Juste que personne ne prend le temps de nous expliquer comment le faire ce réseau ? Facebook ? Twitter ? LinkIn? Colloque? Débats?

un job, ce n'est plus une question de physique. C'est une question de réseau

Pour reprendre le mot de Galliane : la France a un incroyable talent : celui de gâcher les jeunes diplômés.

Finalement, Alice pense peut-être à s’exporter. le Canada ou la Russie. Elle y trouvera peut-être plus facilement un job, c’est tout le malheur que je lui souhaite. Mais c’est en entendant ce genre d’histoires qu’on comprend beaucoup plus facilement pourquoi les « cerveaux » quittent la France.

Quant à moi, je dis merci tous les jours d’avoir un job.

Posted in: Témoignages