Comment foirer lamentablement son entretien d’embauche

Posted on 28 octobre 2011 par

10


On est pas bien là, tranquille, en pyjamas à 11h24 un jour de semaine, en se grattant l’entre-jambe, à la cool?

Quel bonheur de se lever tous les matins en ce disant que c’est putain de bon de se réveiller en se sachant assisté, un boulet qui vit au crochet de la société, sans contribuer le moins de monde à son bon fonctionnement. Quelle joie de savoir que les allocations chômages vont bientôt tomber, voire même le RSA, et que pour recevoir ses faramineuses sommes d’argent, tu n’auras pas eu besoin de faire autre chose que de te curer les oreilles. Je me demande bien pourquoi ce faire chier à travailler quand on vit comme moi dans l’opulence du découvert autorisé dépassé! 

Sauf que le spectre de ma mamie (qui va très bien, merci) continue de planer au dessus de ma tête. Et mon anniversaire approchant, si je veux un cadeau digne de ce nom, vaut mieux qu’elle ne voie pas que je ne suis qu’un sale parasite qui suce les honnêtes travailleurs jusqu’à la moëlle. Alors pour ça, j’ai commencé à faire semblant de postuler aux offres d’emploi que m’envoie le pôle emploi avec ma petite technique perso, afin d’éviter au maximum d’être convoquée à un entretien d’embauche.

Malheureusement, ma technique est perfectible, et les employeurs, ces fourbes, sont tenaces. Rien ne les arrête. Et parfois, ils poussent le vice jusqu’à te demander de passer un entretien. Heureusement, j’ai plus d’un tour dans mon sac avec un trou au fond parce que j’ai pas les moyens d’en acheter un autre. Voici donc en exclusivité mondiale pour Paye ton précaire, les conseils de moi-même pour rater un entretien d’embauche.

Avant l’entretien:

Un entretien, ça se prépare en amont. Inutile de se renseigner sur l’entreprise, son histoire, sa culture. Ce serait une perte de temps. Autant se consacrer à ce qui a de l’importance: l’hygiène.

Avant de se rendre à un entretien, il est important de se concocter un petit look décontract’, à coup de cheveux gras, de pores obstrués et de cacas dans les yeux. Il ne faut négliger aucun détail. Pas même l’hygiène. Surtout pas l’ hygiène. Afin de donner la meilleure image possible, il est interressant de charger son haleine d’ail, de tabac à rouler (le cannabis étant un petit plus toujours apprécié du recruteur), et de mauvais rouge, voire de bière premier prix. Pour plus d’efficacité, le mieux est de s’y prendre quelques jours à l’avance. De même, pensez bien à jeter votre narta « aisselles de soie » à la poubelle et à porter vos chaussures sans chaussettes.

On ne le répètera jamais assez, mais c’est toujours la première impression qui est la bonne. Avoir le bon look est donc primordial pour se faire jetter d’un entretien. En fonction de ta personnalité, deux choix s’offrent à toi:

Le roots: Un baggy raidi par la crasse porté mi-fesses, un sweat à capuche trop grand et parsemé de petits trous suspects, un caleçon Simpson d’un goût douteux, d’énormes tatanes de skate portées sans lacets, et un bonnet tout mou en laine élimée. Voici une tenue qui crie l’efficacité, l’adaptabilité, de dynamisme, la réactivité et la motivation. N’hésitez pas à l’agrémenter de dread locks grasses et de piercings crouteux, afin d’asseoir la tenue.

La pétasse: Oubliez tout ce que vous avez pu lire sur le maquillage, comme ses âneries qui veulent que pour éviter la vulgarité, il vaut mieux choisir de mettre en valeur soit les yeux, soit la bouche. Tartinez joyeusement les deux. Ne lésinez pas sur le mascara, le contour des lèvres, et le blush. Le plus, c’est le mieux. Quant aux ongles, portez les longs. Très longs. Laquez les dix jours avant l’entretien, et n’y touchez plus. Le vernis écaillé, ça donne un petit côté wild très apprécié dans le monde du travail. Quant à la tenue, c’est facile. Du décolleté, du court, des talons, et des matières de merde. Le synthétique et le stretch seront vous meilleurs alliés. Les résilles sont à adopter en priorité, surtout si elles s’associent à une paire de bottes à talon haut et à bout pointu en PVC blanc. Et hop, un look qui hurle le professionnalisme, un! (NB. Selon mes statistiques personnelles, 100% des hommes qui se rendent à un entretien vêtus de la sorte ont pu jouir de leur précarité pendant de nombreuses années, et ça c’est bon à savoir).

Pendant l’entretien:

mon principal défaut? attendez voir...

La tenue: Il est primordial, lorsque l’on rencontre le recruteur, de lui donner la meilleure image possible. Celle ci passe évidemment par l’attitude. Ainsi, il ne faut pas hésiter à adopter une démarche molle et traînante. Ayez le regard fuyant. Ne regardez jamais le recruteur dans les yeux. Regardez plutôt vos chaussures. Pas les siennes, les vôtres. Pour le saluer, vous devrez lui serrer la main. Faites en sorte que vos paumes soient moites et un peu collantes. Et ne soyez pas trop fermes. Une fois assis, adoptez la position du vainqueur: les fesses sur le rebord de la chaise, les épaules sur le dossier, les bras ballants, la tête inclinée. Si vraiment vous voulez aller jusqu’au bout du truc, faites mine de ravaler un bâillement. N’oubliez pas de mastiquer un chewing gum bruyamment.

A un moment donné, on vous posera des questions. Surtout faites en sorte d’avaler la moitié de vos mots et de parler vraiment faiblement. Moins c’est audible, mieux le courant passera. Et lorsqu’on vous demandera de répéter,  soupirez, mais ne parlez pas plus distinctement.

N’hésitez pas à agrémenter chacune de vos réponses de nombreux euh… et de quelques bof. N’essayez pas d’employer un niveau de langue élevé. Limitez votre vocabulaire au basique, et cherchez vos mots. Quand vous ne les trouvez pas exclamez vous “PUTAIN” (et là vous pouvez articuler).

Lorsque vous parlerez de votre formation, évoquez votre talent pour sécher les cours et pour pomper pendant les examens. Concernant vos expériences, crachez sur vos anciens supérieurs, sur vos ex collègues, et sur les tâches qui étaient les vôtres à grand renfort de “c’était de la merde” “ce job était pourri” “mon boss était un con” “répondre aux mails ça me saoule” “j’aime pas les gens” “je supporte pas qu’on me donne des échéances” “le travail en équipe me file de l’urticaire” “l’autorité, j’y crois pas du tout” ou encore “apprendre c’est trop fatiguant”. Si vous êtes une femme, pas la peine d’en faire des caisses. Dites juste que vous avez envie de faire un bébé dans les mois qui viennent. On a jamais fait plus radical.

A un moment donné, on vous parlera de salaire. Pas de panique. Pour foirer lamentablement votre entretien, il vous suffira de dire que vous souhaitez n’importe quel salaire, du moment qu’il est supérieur au smic, et qu’en plus de ça vous refuserez de faire des heures supplémentaires si elles ne sont ni payées, ni rattrapées. Efficacité prouvée scientifiquement par un panel de jeunes diplômés et expérimentés qui aujourd’hui se la coulent douce au frais de la princesse.

Après l’entretien

Vous avez fait le plus dur. Bravo.

Normalement, vous devriez recevoir un mail de refus assez rapidement. Un mail type qui dit que l’entreprise conserve votre CV en cas d’opportunités. Afin que ça n’arrive pas, répondez par un mail de très mauvais goût, dans lequel il sera question de fille de joie et de conducteurs de poids lourds.

Et voilà comment, grâce aux conseils avisés de Tata Almira, ta précarité et ton inactivité pourront s’épanouir tranquillement sans jamais que l’ombre d’un retour à l’emploi ne se profile à l’horizon.

De rien, c’est pour moi, ça fait plaisir.

Posted in: lol