Extrapoule – Extraprécaire

Posted on 22 octobre 2011 par

4


Quand je dis qu’être précaire, ça développe la créativité… La preuve, Extrapoule, en plus de nous faire des illustrations qui dépottent, elle a construit sa vie autour du système D, et c’est plutôt malin…

J’ai 30 ans.Je suis une nana intelligente, j’ai fait des études et tout ! (arts plastiques, certes. Rigolez pas je ne pouvais pas savoir !)

Je suis très professionnelle moi, quand je m’engage c’est pas une blague.C’est pour ça qu’ils m’ont prise dans mon nouveau job, je suis contente, c’est passionnant . Bon j’ai dû leur demander de me faire un plus petit contrat, parce que si j’avais signé un 26 heures je perdais mon droit au maintien partiel de mes allocations, bref je perdais une occasion de continuer à « me la couler douce ».

maître ès Système D

Du coup j’ai un 25 heures. Au smic. Pour un an parce que le maintien partiel, c’est quinze mois et nada. Après ça je n’aurai plus droit à grand-chose, on va donc faire une ptite prière tous ensemble si vous voulez bien.Comme en plus je me suis payé le luxe de ne pas rester avec le dernier mâle solvable de mon tableau de chasse, je vis seule. Mais la précarité ce n’est rien que quelques petits aménagements et du bon sens, voici mes trucs et astuces :

Je ne mets pas de chauffage, mais du coup je trouve le moyen de choper la crève en restant calfeutrée chez moi, ce qui coûte cher en mouchoirs.

Je n’achète pas de mouchoirs, je me mouche dans du PQ. Le PQ soit dit en passant c’est easy d’en voler au hasard de nos visites de WC. J’allume des bougies chauffe plat, c’est ambiance, pas cher, et ça peut faire gagner 1 degré !

Comme parfois je prends un bain, vu que je suis morte de froid, j’alterne avec des douches express, accroupie dans la baignoire avec le minimum légal d’eau. Je sens que je fais du bien à la planète et ça me remplit de joie qui réchauffe. Si si…

Je me lave au savon, et quand je veux un gommage beauté du corps, je vais pas chez Body Shop acheter un truc aux éclats de noix de Macadamia, je me sers du contenu du filtre de ma cafetière, optimal.

Mes cheveux sont secs ? Un fond d’huile d’olive pour faire masque fait l’affaire, et entre temps j’ai assaisonné mon riz-courgettes.

Je n’ai pas non plus de lotion astringente, j’ai du citron, ça marche aussi et en prime j’ai assaisonné mon riz-courgettes.

Je suis parvenue à sérieusement alléger mes dépenses en courgettes, parce que j’ai la chance d’avoir un bout de jardin, et que j’ai oublié mes plantations régulièrement, j’ai donc obtenu des courgettes taille cuissot de sanglier.- Quand je n’ai plus de courgettes je me nourris de riz-tout-court. Le riz, c’est bon, ça tient au corps mais ça fait pas grossir, et en plus maintenant je le cuis au micro ondes.

J’ai du vinaigre blanc, dans un spray qui date de mes années fastes. Je nettoie tout avec, et en plus je me la pète parce que c’est éco responsable et alimentaire. L’odeur part vite, promis. Au passage vous faites pas avoir, il ya des petits malins qui vendent le même vinaigre au rayon produits ménagers pour 3 fois le prix. 

J’ai internet et du temps, alors quand mon frigo m’a lâchée, j’ai certes mis 3 mois, mais je suis parvenue à le réparer toute seule pour 33€, ouais !

 J’ai une boîte à outils et une boîte à couture, pas besoin de vous expliquer à quoi ça me sert.

Je suis une pro de la récup, 85 % de mes possessions sont de 2ème, 3ème ou 4ème main, m’en fous, c’est vintage, c’est in.

 Je pratique le multi-couches, c’est sexy de s’effeuiller indéfiniment : Bonnet, écharpe, manchons, veste, sous-veste, gilet, pull, sous-pull, t-shirt, débardeur… Tellement plus surprenant qu’une unique veste bien chaude… Et si je glisse sur une plaque de verglas, je ne me ferai pas mal en tombant.

Pour garder mes amis, je rends des services : garde de mômes, déménagements, etc. en général ça me paie une bouffe, en plus.

J’ai une recette de cookies qui dépote, c’est plus économique que d’aller acheter une bouteille de vin quand on est invité quelque part, et ça fait son petit effet Brie Van de Camp.-

Quand c’est moi qui invite je la joue communautaire, barbecue tout le monde ramène sa saucisse, soirée fromage chacun amène sa trouvaille, etc.

Je m’offusque des prix en mode « on se fout de notre gueule, c’est trop chez pour ce que c’est », ça justifie mes « non je ne viens pas au resto », genre je ne suis pas une consommatrice bêlante, je ne me fais pas avoir moi…

J’ai décidé que la culture, c’est élitiste et bobo, comme ça encore une fois, quand je refuse un ciné c’est pour être en accord avec mes convictions personnelles. En fait je ne suis pas une précaire, je surfe simplement sur la vibe «décroissance », je lutte activement contre la société de consommation et suis écolo. La classe. »