Vis ma vie au RSA

Posted on 21 octobre 2011 par

3


un nouveau témoignage boule-au-ventre de Mamzelle Ilis, qui elle aussi vit une vie de patachon au frais de la princesse. Ça laisse rêveur…

D’abord, il y a les débuts de mois où tu comptes 588 € à jongler entre les factures (téléphone, eau, électricité,laquelle je ne paye plus, faute de moyens, bouffe…)

Ma chance c’est qu’à l’heure actuelle, je suis jeune fille au pair (cherchez l’erreur pour une trentenaire) et que donc je ne paye plus la nourriture,(le loyer de l’appart que je loue encore dans ma région, c’est la caf qui me le paie! Soit 340 € en moins à payer). Puis vient le 15 du mois où il n’y à plus rien dans les poches, ni sur le ccp, où le temps me semble d’une longueur folle, j’attends le mois prochain pour revivre.

« Qu’est-ce que tu fais ? tu viens, on va au resto? On se fait un cinéma ? » Des invitations que je décline, des amis que je vois moins et des fonds de poche. Et puis parfois il y a eu la faim, plus rien dans les placards et 15 jours avec la faim collée au corps à se nourrir de ce qu’il reste, ou à aller aux Restos du Cœur pour ne pas mourir,pour ne pas tomber dans les pommes en pleine rue. Il y a cette faim qu’on cache, cette honte quand un ami vous demande si vous avez mangé ? « Mohamed, j’ai mangé, si si je te jure! » Mentir comme un arracheur de dents, garder sa fierté, je n’ai pas toujours été au RSA, j’étais une jeune femme de 23 ans en formation baapaat (brevet d ‘animateur techniciens option loisirs tout public) puis j’ai dû arrêter pour un enfant, des histoires familiales et une dépression qui a duré 5 ans, j’en ai mangé de la galère, à fuir les huissiers, de dossier de surendettement en dossier de surendettement, des jours à trembler qu’on vienne couper l’eau, à fuir ma boite aux lettres.

RSA

Non, mon RSA ce n’est pas les vacances, non je ne suis pas une connasse d’assistée qui use du système jusqu’à la corde, même si j’avoue que sans ça je serais sûrement à la rue à faire la manche ou à vivre encore chez mes parents,

Les gens qui sont au RSA n’ont pas le choix, c’est souvent la dernière marche de salut avant de tomber dans le trou.

Mais voilà, Rsa = salaud de pauvres qui ne branle rien !!

J’invite ceux qui disent cela à prendre un RSA, à vivre avec 588€ par mois et à essayer de payer des factures… Koh Lanta à côté, ce sont des petits joueurs. J’ai entendu de la part de mes proches : mais toi tu n’as jamais travaillé!! (sous entendu : ferme-la , tu ne sais pas ce que c’est) alors que j’ai souvent bossé comme animatrice pour 4 sous en rab.

Le mépris, la honte, voilà ce que c’est d’être au RSA. Je voudrais foutre un coup de poing dans la face de tous ces gens, ces ministres qui nous pointent du doigt. Une envie de les mettre dans ma réalité, de leur faire voir ce que c’est que de vivre dans une société pareille où si tu n’as pas de thune, tu n’es rien, leur faire sentir ma peur et mes nuits blanches, j’aurais pu me complaire dans cette déche après tout, je n’ai pas besoin de bosser, ça sert à quoi ? Mais j’ai choisi de prendre un job à mi-temps à Mac Do, pas des plus épanouissants certes, mais qui me permettra de mieux vivre, de payer mes factures et surtout de réaliser mes projets et mes envies, de pouvoir prendre une colocation et d’élever mon enfant.

Précaire oui,mais décidée à ne rien lâcher !!

Posted in: Témoignages