Quand t’es précaire, on te simplifie les affaires !

Posted on 18 octobre 2011 par

6


Et on te pompe jusqu’au trognon, histoire de bien te faire le fion ! 

Veuillez excuser mon excès de vulgarité en ce début de billet, mais parfois, ça soulage !

 

Parce que là, je commence vraiment à être excédée par le système. Non contente d’avoir un statut précaire grâce à mon activité de freelance, l’administration tente de me ponctionner un peu plus encore, histoire de voir jusqu’où elle peut me rincer.

 

Suite à mon « différent » avec mon client mauvais payeur, il a bien fallu que j’agisse, je n’allais pas rester là, les bras croisés, à me faire enfler comme une bleue. J’ai fait appel au Tribunal de Commerce afin de demander une injonction de payer qui m’a coûté 35 euros. Jusque là, 35 euros pour réclamer un paiement de facture s’élevant à plus de 1700 euros, je trouvais ça correct.

Quand il a fallu signifier l’injonction de payer, j’ai du prendre les services d’un huissier qui me réclamera, je le sais pertinemment, un certain pourcentage sur la somme que je toucherai – si je la touche un jour – et j’ai du encore payer 80 euros pour qu’il porte la signification à mon débiteur. Je ne remets pas en cause ce coût, tout travail mérite salaire et il est évident qu’un huissier, ça se paye.

Et maintenant que la signification de l’injonction de payer a été délivrée à mon client mauvais payeur, il faut encore que je renvoie le second original (sic) de la dite signification au Tribunal de Commerce, et ce pour la modique somme de 35 euros. Ah ouais, alors là, j’avoue, pourquoi dois-je encore payer pour un acte qui a déjà été demandé et signifié ? Quelque chose m’échappe. Payer, encore et toujours.

Voilà le problème. On passe notre temps à payer et on ne sait même pas toujours pourquoi…

 

J’en suis donc à 150 euros de ma poche pour faire savoir à mon client qu’il me doit de l’argent et qu’il a l’obligation de me payer sans avoir une seule seconde la certitude de voir un jour la couleur de l’argent du fruit de mon travail. Vous ne trouvez pas que c’est un peu le monde à l’envers ?

Alors que tu es honnête, que tu fais ton travail, qu’on te fait un sale coup, qu’on te doit de l’argent, tu dois encore en sortir pour pouvoir obtenir cet argent ?

Il faudrait qu’on m’explique comment est-il possible de payer autant pour récupérer trois francs six sous. Le système juridique ne peut être gratuit, j’en ai conscience. Mais tout de même, payer deux fois le tribunal de commerce, ça m’en bouche un coin… ou plutôt, ça me colle un trou dans le porte-monnaie.

On n’est pas dans le comble de la précarité là ?

Quand tu sais que je suis à un point de non-retour tel que je suis à deux doigts de mettre la clé sous la porte tellement les affaires fonctionnent mal, t’as juste envie de baisser les bras et d’abandonner. Sauf que je n’abandonne jamais. (sinon, ça serait trop facile pour les connards qui profitent de toi)

 

En attendant, j’ai des factures à payer, des mioches à habiller, un mari à nourrir, des croquettes à acheter pour le chat et le lapin… Et encore des problèmes pour obtenir le paiement de prestations pour d’autres clients.

 

Vous croyez qu’on m’a jeté le mauvais oeil ?