Les contradictions du précaire

Posted on 18 octobre 2011 par

4


Être précaire, ça n’est pas une sinécure. Parfois, ça te donne l’impression d’être plusieurs dans ta tête. C’est le cas pour Doods par exemple:

Ok on a pas un choix de ouf en tant que précaire.

De fait, quand tu ne peux pas dépenser, tes choix sont un peu plus beaucoup limités. Les phrases types « hum j’prends les rouges ou les bleues…? Bah j’prends les deux ! » ne font pas partie de ton langage courant. Toi à la place c’est plutôt « Pfff…ok je les pose ». Toi tu as plus souvent le choix entre rien, walou ou nada, ou encore queudchi, c’est déjà pas mal tu me diras.

Mais bon, c’est pas parce qu’on a moins de choix qu’on en a pas du tout (quand même!). Et quand vient l’heure de certains choix, le précaire prend des décisions disons… déroutantes, pour tout être doté d’un peu de bon sens. Démonstration en 3 points :

  • Le choix « se voiler la face parce que tu savais très bien comment ça allait finir » :

Tu veux aller à cette expo mais 9 € l’entrée, c’est cher…Alors tu n’y vas pas. Finalement tu retrouvera ta meilleure amie à te lamenter sur ton triste sort, et le tout, bien sûr, autour d’un (ou plusieurs) godet(s), au bistrot sympathique du coin.

Montant total de l’opération : 20 €. Finalement, la culture c’était moins cher.

Bière 1 – Musée 0.

La prochaine fois, choisir le musée. Ou encore mieux, le musée avec ta meilleure amie.

  • Le choix « ah non mais là j’avais pas le choix! » :

Tu n’as pas d’argent (oui c’est le point de départ du précaire), tu te fournis donc en fripes, puces et autres méthodes alternatives d’habillement, où déjà 3 € le T-shirt ça commence à être trop cher.

Mais par contre, ce magnifique cuir Zadig & Voltaire soldé 75 € au lieu de 250 €,

ça c’est  pas cher, ça c’est un bon solde !

Face à la puissance du montant de la réduction, ton libre arbitre est décédé. Et BIM, 75 € dans ta face.

La prochaine fois, tenter de négocier le cuir Z&V à 3 €.

  • Et enfin le choix « j’men fous de toute façon c’est que de l’argent c’est pas grave tant qu’on a la santé c’est ça qui compte d’abord et les amis etc. » :

Le plus simple, et finalement celui que tu fais tous les jours (pour lequel tu te mords les doigts quelques semaines plus tard).

Tu sais que tu ne peux pas, mais tu t’en fous après tout… »c’est que de l’argent c’est pas grave tant qu’on a la santé c’est ça qui compte d’abord et les amis etc ! »

Alors tu l’achètes ce petit top que te ne mettras sans doute que 3 fois mais qui est trop trop beau et trop fait pour toi. S’auto-persuader c’est bien, s’autogérer c’est mieux

La prochaine fois, prends le bas qui va avec !!

🙂

Posted in: Témoignages