Dans quatre jours…

Posted on 11 octobre 2011 par

9


Le Mirroir de Narcisse fait des choix radicaux. Par exemple, elle décide délibérément de devenir précaire. Témoignage:

Dans quatre jours, je serai au chômage. Ou plutôt, je n’aurai plus de travail, pas plus que des indemnités chômage. Big Boss a refusé la rupture conventionnelle, alors je lui ai déposé ma lettre de démission. Comme ça, sans crier gare – « GAAAAAARE ! » (oui, en plus d’être une future pauvre, j’ai des tocs).

Dans quatre jours, je vais dire au revoir aux tickets resto, à la prime vacances, aux avantages CE, à la fête de Noël, aux pots de départ. Tous ces moments de bonheur de salarié lambda, ces occasions de manger gratos en râlant sur le montant de la participation.

Dans quatre jours, je vais dire au revoir aux bilans de fin de presta, aux collègues fourbes, à la machine à café, aux deadlines, aux réunions téléphoniques dans lesquelles on revient vers moi pour faire un point sur la meilleure manière de solutionner le problème cité dans le mail du 06/08. Cordialement, bien à vous, amicalement.

Dans quatre jours, je vais devoir répondre à cette fameuse question : « Alors, pourquoi tu pars ? T’as trouvé autre chose ? ». Répondre que non, je n’ai rien trouvé, je n’ai même pas cherché, d’ailleurs. Non, je n’ai pas d’actions chez Microsoft, non plus. Non, je ne me suis pas non plus fait virer, on peut même dire que j’aimais beaucoup mon travail.

Dans quatre jours, je vais devoir expliquer qu’en dépit de tout ça, j’aspire à autre chose. Ne plus courir après l’argent, ne plus nourrir ce capitalisme que je critique sans cesse, ne plus avoir une vie de quadra à seulement 25 ans. Et faire quelque chose qui a un sens, pour moi ou pour les autres.

Dans quatre jours, je serai une bobo en panique, qui se la joue Che Guevara mais qui flippe de devoir à nouveau acheter du Stef Cola à 20 centimes la bouteille, comme quand elle était étudiante.

Dans quatre jours, je serai précaire. Pauvre, mais libre.

Le Miroir de Narcisse

Posted in: Témoignages